novembre 23, 2019

Selon l'endroit où vous prévoyez plonger, il y a de fortes chances que vous portiez une combinaison de plongée. Elle augmentent considérablement la taille de votre poignet, c'est pourquoi une montre de plongée est généralement équipée d'un fermoir déployant avec une extension pour plongeurs, ou même d'une pièce de bracelet supplémentaire qui peut être attachée à la boucle du bracelet lorsqu'elle est portée sur une combinaison sèche. Une extension de fermoir régulière n'ajoute généralement pas assez de longueur dans ces cas-là.

Désormais, que vous soyez un adepte de la rallonge de bracelet ou du bracelet souple, les deux options ont leurs avantages et leurs inconvénients : plus vous plongez profondément, plus votre corps et votre combinaison subissent de la pression. Ce qui signifie qu'une combinaison en néoprène qui commence à être très serrée se détache soudainement - et avec elle, votre montre de plongée. Une extension de fermoir facilement réglable, ou le fermoir pourrait être la réponse à ce problème (du moins pour les combinaisons de plongée), mais j'ai rarement vu un plongeur ajuster constamment sa montre manuellement en plongée.

montre plongée


Les crêtes traditionnelles, utilisées comme élément plus flexible pour les bracelets (comme cela a été introduit sur de nombreuses montres de plongée Seiko à la fin des années 60 et au début des années 70), sont donc non seulement beaucoup moins chères à produire, mais théoriquement aussi mieux adaptées pour compenser automatiquement les effets de la pression à différentes profondeurs. C'est aussi la raison pour laquelle un grand nombre d'instruments de plongée d'aujourd'hui sont encore équipés de ces éléments de style iconique. Mais il y a un inconvénient : plus un bracelet en caoutchouc doit être robuste, plus il est rigide et donc moins flexible.

montre de plongée

La solution ? Une combinaison des deux : les premiers Doxa Subs, par exemple, comportaient un élément de bracelet à ressort. Le premier Omega Seamaster Ploprof avait un bracelet en caoutchouc très souple (et donc flexible) comme extension pour le bracelet en maille de la montre. Plus récemment, en 2012, Tudor a introduit avec ses Tudor Pelagos non seulement l'une des montres de plongée les plus intéressantes sur le marché, mais probablement aussi une des meilleure en termes d'extensions pour plongeurs : un bracelet en titanerobuste avec une extension traditionnelle pour plongeurs qui incorpore en plus un élément flexible à ressort qui ajuste automatiquement le bracelet.